Le dernier samouraï


Le film s’inspire de la rébellion de Satsuma en 1877, une rébellion de samouraïs dirigée par Takamori Saigō contre l’armée impériale japonaise, et de l’histoire de Jules Brunet, un officier français qui démissionna de l’armée française par fidélité envers le dernier shogun Tokugawa Yoshinobu qui avait précédemment passé un traité d’amitié avec Napoléon III.

En 1876, Nathan Algren, un vétéran des guerres indiennes, est engagé par le politicien et conseiller de l’empereur Meiji, Omura. Celui-ci souhaite se débarrasser d’un ancien général de l’armée nippone, le légendaire samouraï Katsumoto, et engage Algren pour qu’il entraîne l’armée japonaise. Tandis que les conscrits japonais attendent dans une forêt dans le Yoshino l’arrivée des samouraïs, ces derniers attaquent et les massacrent. Algren est capturé et emmené dans le village du fils de Katsumoto, Nobutada, loin dans les montagnes. Peu à peu, Algren apprend à connaître et à comprendre l’esprit du samouraï et cette antique sagesse qu’essaye de préserver Katsumoto. C’est aux côtés des samouraïs qu’il va prendre part à la fin de l’ancien ordre, guidé par son sens de l’honneur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.